Horloge demoiselle de mariage normande

Transition / 19e siècle

  • Horloge demoiselle de mariage normande
  • Horloge demoiselle de mariage normande
  • Horloge demoiselle de mariage normande
  • Horloge demoiselle de mariage normande

Nous contacter

Style : Transition

Époque : 19e siècle

Matériaux : Ceriser et chêne

Provenance : Saint-Lô - Manche

Certificat d’authenticité : Oui

Dimensions : l 41 × H 241 × P 28 cm

Disponibilité : Vendu

Description :

Très rare horloge dite “ Demoiselle de Saint-Lô ”, en cerisier mouluré et sculpté, fabriquée en deux parties, la tête ouvrant par une porte de façade et deux latérales, la partie médiane ouvrant par une porte en partie haute au dessus d'un oculus vitré en saillie. 

La corniche, cintrée et sculptée de feuilles d'acanthe, dont le plan est dans l'alignement de celui de la plinthe, coiffe la tête en alignement parfait avec le tambour (nom donné sur les demoiselles à l'oculus en raison de sa forme elliptique). La porte de façade vitrée est sculptée d'une bande de raies-de-coeur ponctuée de crosses affrontées à l'amortissement du cintre. Une corniche intermédiaire, reprenant le décor de feuilles d'acanthe, opère la transition avec la gaine qui est la partie la plus richement décorée de l'horloge. La Rose, que l'on voit ici en fleur et en bouton, accompagnée de pampres de vigne et suspendue à un ruban noué ou en bouquet agrémenté d'épis de blé, est typique des beaux meubles de mariage de Saint-Lô et l'ensemble, à forte teneur symbolique, évoque l'amour (la rose), l'attachement (la vigne) et la prospérité conjugale (le blé). On retrouve de larges bandes de raies-de-coeur sculptées en bordure ainsi que des frises de feuilles d'eau simplement incisées. Une seconde corniche intermédiaire, creusée d'une frise de godrons concaves, délimite la base de l'horloge, qui se compose d'un petit caisson, orné d'un bouquet noué où la rose se mêle à des fleurs champètres, au dessus d'une plinthe moulurée.


Les bois de cerisier s'éclairent de belles poignées, garniture à tête de coq, fiches en laiton originaires de la dinanderie de Villedieu-les-Poêles. Porte de tête et oculus possèdent encore leurs anciennes vitres en verre soufflé. Le bois de chêne est ici utilisé en bois secondaire. On note une greffe en escalier sur chacun des montants, effectuée à la fabrication du bâti en raison de son amplitude. Contre-plinthe et pieds miches sont les seules parties non d'origine, mais simplement ajoutés, sans altération de l'existant.

Mouvement comtois hebdomadaire d'origine à fronton en laiton repoussé à décor d'une scène paysanne.

Travail Normand du début du XIXè siècle.

DESCRIPTIF COMPLET ET PHOTOS  COMPLEMENTAIRES SUR NOTRE SITE PERSONNEL ( Onglet Catalogue puis lien Visiter le site internet)

Philippe Glédel

Philippe Glédel

Les Orières - 11 rue Jean Allain
35300 Fougères | France
02 99 94 08 44
06 11 17 90 32

Nous contacter Catalogue
Retour