Commode fin Régence d'un château de la Vallée de la Rance

Régence / 18e siècle

  • Commode fin Régence d'un château de la Vallée de la Rance
  • Commode fin Régence d'un château de la Vallée de la Rance
  • Commode fin Régence d'un château de la Vallée de la Rance
  • Commode fin Régence d'un château de la Vallée de la Rance

Nous contacter

Style : Régence

Époque : 18e siècle

Matériaux : Marbre - Bois exotiques et indigènes.

Provenance : Vallée de la Rance

Certificat d’authenticité : Oui

Dimensions : l 137 × H 90 × P 66 cm

Disponibilité : Vendu

Description :

Cette très rare commode meublait l'entrée d'un château historique proche de la Vallée de la Rance pour lequel elle fut commandée. Nous avons donc bien ici affaire à un meuble de commande destiné à l'apparat d'un château de province. Tout y concourt en effet, que ce soit la richesse de sa sculpture rocaille, son épaisse table de marbre et enfin sa riche garniture de bronzes à la fois ciselés et dorés, ces trois éléments en particulier lui donnant sa véritable distinction (au deux sens du terme, soit différenciation aristocratique). 

Note : A propos des marbres, rappelons que la plupart des commodes de port aujourd'hui à plateau de marbre sont dans neuf fois sur dix des cas des meubles auxquels on a ôté le plateau de bois, et ce généralement pendant la période Napoléon III, pour y substituer un marbre. Il faut comprendre qu'au XVIIIè siècle les marbres étaient très coûteux, en raison des moyens d'extraction et de transport encore rudimentaires. Dans les très rares cas ou le marbre est d'origine, outre qu'il est supporté par un plancher d'époque, à chaque fois nous avons affaire à un meuble véritablement destiné à l'apparat, un meuble donc "sortant de l'ordinaire". Ainsi les commodes en bois naturel du célèbre ébéniste grenoblois Jean-François Hache se trouvent parfois recouvertes d'un plateau de marbre de la Mure, car ce sont celles destinées aux pièces d'apparat et auxquelles l'ébéniste portait un soin tout particulier : généralement en les ornant de bronzes à la fois ciselés et dorés et en leur ajoutant un bronze au tablier, tel que pour celle, figurant toujours sur nôtre site, que nous avions vendue et qui adjoignait à ces deux éléments une largeur hors standard.

Au premier regard c'est en effet ici encore l'originalité du modèle qui étonne mais aussi, en l'examinant d'un peu plus près, l'utilisation de l'acajou en placage sur les façades de tiroir. Ce détail nous rappelle au sujet d'un ouvrage de B. Leloche et J.-Y. Mornand traitant de "L'ébénisterie provinciale en France au XVIIIè siècle" d'ailleurs illustré d'une commode de Saint-Malo en placage de palissandre que nous reproduisons en documentation. D'autre part, et sans doute même davantage que de celles de Saint-Malo, cette commode fait écho aux plus riches commodes parisiennes de la Régence et n'est pas aussi sans nous rappeler certains modèles meublant de riches demeures étrangères ... elle en est une transposition provinciale. Il faut ici rappeler que près de la moitié des ébénistes travaillant en France au XVIIIè siècle étaient d'origine étrangère, tant du fait de la forte demande que d'une relative bienveillance à l'égard des ébénistes protestants (ainsi Strasbourg comptera même deux corporations d'ébénistes, l'une catholique et l'autre protestante) et l'on sait Saint-Malo particulièrement ouvert aux influences hollandaises, comme le montrent notamment les imposants buffets à quatre volets dits "malouines" directement inspirés par les cabinets des Pays-Bas (et pour certains même fabriqués intra-muros par des ouvriers hollandais quelquefois détenus des corsaires). Mais ce n'est cependant pas à cette tradition des austères provinces du Nord que fait écho le style de notre meuble, mais bien plutôt à celle des Flandres, toutes proches mais rattachées depuis longtemps au très catholique Empire des Habsbourg, et donc imprégnées par le baroque venu d'Italie. Comme bien souvent en régions, notre menuisier-ébéniste travaille sur un bâti de type menuiserie et dans le cas particulier des ports, utilise tant des bois locaux que des bois exotiques. L'acajou est ici choisi pour son superbe veinage à la fois moiré (le plus recherché) et flammé. 

Très bel état d'origine, quasiment aucune greffe, très belle patine de l'ensemble.

Vallée de la Rance - XVIIIè siècle.

 

DESCRIPTIF  PHOTOS  COMPLEMENTAIRES ET DOCUMENTATION SUR NOTRE SITE PERSONNEL
( Onglet "Catalogue" puis lien "Visiter le site internet")

Philippe Glédel

Philippe Glédel

Les Orières - 11 rue Jean Allain
35300 Fougères | France
02 99 94 08 44
06 11 17 90 32

Nous contacter Catalogue
Retour