Buffet de chasse Louis XIV - Paris 18ème siècle

Louis XIV

  • Buffet de chasse Louis XIV - Paris 18ème siècle
  • Buffet de chasse Louis XIV - Paris 18ème siècle
  • Buffet de chasse Louis XIV - Paris 18ème siècle

Nous contacter

Style : Louis XIV

Matériaux : Chêne - hêtre - fer

Certificat d’authenticité : Oui

Dimensions : l 162 × H 91 × P 73 cm

Disponibilité : Vendu

Description :

Ce meuble d'appui très architecturé constitue le véritable modèle de buffet de chasse parisien, proche dans ses dimensions et ses formes générales de l'archétype bien connu reproduit par le menuisier Nicolas Duval qui s'en fit une spécialité, meublant autrefois les grandes propriétés, les relais de chasse, et surtout les châteaux de L' Île de France et quelquefois même ceux de province. 

Le meuble, dit buffet en armoire, est coiffé d'un épaisse table marbrière (rapportée). Il ouvre par deux tiroirs munis de poignées en fer forgé et deux vantaux brisés, cet accommodement à double repliement permettant d'ouvrir les portes au maximum et même de les rabattre en côté, lui permettant de remplir une double fonction, à la fois de présentation et de service se rapportant à la vaisselle, plats d'argent et services de tables qui y étaient généralement entreposés. Précisons même qu'il était au XVIIIè siècle fort en usage de laisser le buffet portes grandes ouvertes pendant le repas, et Roubo décrit cette habitude en soulignant que cela se pratiquait "plus cependant par ostentation que par nécessité". On comprend mieux face à ce meuble de château d'un mètre soixante deux de large que la double évolution est conjointement née d'un soucis de maintient de l'équerrage des battants, ainsi dans le cas présent le battant gauche mesure soixante treize centimètres de large et c'est heureux pour l'équerrage qu'il soit en deux parties, et c'est donc également ce qui justifie la présence de crochets maintenant le premier volet des portes. Notre exemplaire reprend encore les principales caractéristiques du classique buffet parisien : cintre allongé des portes et épaisses moulurations à cadre, base à plinthe, étroits et profonds tiroirs dits "à couteaux" car en effet destinés à recevoir les couteaux utilisés pour la découpe du gibier, d'où l'appellation du meuble.

L'absence d'estampille sur ce buffet peut avoir deux causes possibles et bien distinctes, soit tout simplement le maître-menuisier (ou ébéniste mais nous penchons ici pour la première hypothèse) aura négligé de la poser, soit ce meuble aura été fabriqué dans la première moitié du siècle, ce qui est d'ailleurs fort envisageable. Il est en effet bon de rappeler que si l'estampille fut rendue obligatoire à partir de 1743, son usage ne fut véritablement légalisé qu'en l'année 1751. De nombreux membres de la corporation des ébénistes ou de celle des menuisiers préféraient dans la mesure du possible éviter la taxe qui s'y rapportait, et particulièrement parmi cette seconde corporation moins visitée par la Jurande. 

Huit gonds, deux poignées, deux entrées de serrure, deux crochets et deux anneaux, deux targettes, le tout en fer forgé et d'origine, une serrure et sa clef (anciennement rapportées).

Bâti entièrement réalisé en bois de chêne massif (y compris les fonçures excepté les fonds de tiroirs en hêtre), la plupart des parties visibles en chêne maillé ou tranché dit "merrain".

 

DESCRIPTIF ET PHOTOS  COMPLEMENTAIRES SUR NOTRE SITE PERSONNEL
( Onglet "Catalogue" puis lien "Visiter le site internet")

Philippe Glédel

Philippe Glédel

Les Orières - 11 rue Jean Allain
35300 Fougères | France
02 99 94 08 44
06 11 17 90 32

Nous contacter Catalogue
Retour